H.C.I - sa vocation

Homme Culture & Identité mène un travail de fond et d’analyse sur l'identité masculine dans la société contemporaine. Les garçons, les pères et les hommes sont au coeur du travail de H.C.I.

Par ailleurs H.C.I s’oppose fermement à toutes les structures militantes pro-gender qui cherchent à opposer les hommes aux femmes. H.C.I est convaincu que l’homme et la femme ont un destin commun et qu’il est temps de mener des réflexions propices à la réalisation d’un futur de paix et d’harmonie entre les sexes. Cela passe notamment par une meilleure connaissance des identités masculine et féminine.

Dimanche 20 mai 2012 7 20 /05 /Mai /2012 13:06

De la nécessité de la présence paternelle, notamment dans la construction

psychologique de l’enfant mâle

 

«(…) LE PERE ET LE FILS

 

Les pères n’imitent pas les mères dans leur prise en charge de l’enfant. Ils sont différents, ils sont hommes et pères.


L’amour du père se différencie de l’amour de la mère dans ce qu’il est souvent conditionnel, ce sont les réalisations de l’enfant qu’il va encourager : " Si tu fais ça tu auras ça ! " Cette présence du conditionnel est cruciale car elle œuvre dans le développement de la personnalité, du goût de se dépasser, du respect de la hiérarchie. Mais elle doit être accompagnée d’attention et d’affection sincère.


Le père ne doit pas être lâchement caché derrière sa femme pour imposer ses opinions ou ses décisions.

En assumant ses propres imperfections le père ouvre à l’enfant un monde réel où l’on n’attend pas forcément de lui la perfection, de la compétition, de l’émulation, mais surtout ce qui a trait à l’écoute, à la tendresse, à la spontanéité.

 

C’est au cours des deux premières années de leur existence que les garçons ont absolument besoin de leur père.

Chez les enfants n’ayant pas eu la présence du père durant ce temps on relève parfois les mêmes développements atypiques que chez les orphelins placés en foyer d’accueil ou chez les fils de famille monoparentale élevés en vase clos et manquant de substituts paternels. 

 

Chez certains fils sans père on peut retrouver une déficience sur le plan social, sexuel, moral ou cognitif.
La présence corporelle du père auprès du fils lui donne la possibilité d’aimer d’abord sa mère et plus tard de désirer la femme plutôt que de la redouter ou de la mépriser.


Tenu par son apparence sexuée, le rôle qui lui sera attribué, la façon dont les parents vont l’élever en fonction de son identité sexuelle, tout cela contribuera à lui donner sa propre place, ses propres repères. Très vite l’enfant imite pour s’adapter, il reproduit d’abord avant de se détacher plus ou moins de ce qui l’entrave dans son autonomie. (…)

 

Si le père est absent de corps ou bien d’autorité, il n’y a pas de transfert d’identification de la mère au père. L’absence du père signifie automatiquement une influence accrue de la mère, du féminin, chargée d’une responsabilité trop lourde et déséquilibrée dans ses rapports éducatifs et affectifs avec le petit garçon.

 

Dans leur identité sexuelle certains fils sont fragilisés par le silence, l’indifférence, l’absence des pères. Loin de leur odeur, de leurs gestes affectueux ils sont coupés de l’accès au corps du père par celui de la mère et vont grandir dans cet état de fait entrainant des perturbations avec leurs propres corps. Ou bien encore, à regarder vivre leurs pères, humiliés, malheureux, silencieux ou sévères, taciturnes ou violents, dans leur esprit les pères ne peuvent se laisser aller à toucher, cajoler, humer, sentir, rire, pleurer. Pour eux cela ne se passe que du côté de la mère, les hommes ne s’accordent pas ce genre de faiblesse. Il pourra s’ensuivre chez le petit garçon puis chez le jeune adulte une répression de toute sa propre sensualité et de toute sa corporalité.

 

La première conséquence de l’abandon des fils aux soins exclusifs de la mère est la peur des femmes.

Les fils ont peur d’être engouffrés, perdus, anéantis dans l’amour maternel trop étouffant. La femme n’est pas leur univers. Ils ont tout d’abord la peur inconsciente d’en devenir une, de devenir une femme, qu’on les prenne pour une femme ! Ensuite, ces fils devenus hommes pourront ressentir une peur pour le corps de la femme et leur propre corps.

Sans la présence, les ressentis et les conversations masculines simples et affectueuses d’un père, l’adolescent qui voudra s’abandonner à sa sensualité pourra se sentir très vite culpabilisé. Dans ses relations affectives et amoureuses il apprendra surtout à se dominer, à se réprimer. Devenu adulte il pourrait ne se concentrer que sur son seul plaisir génital, ne laissant pas la jouissance ni les jeux amoureux déborder des zones érogènes dont il a coutume de se contenter, il ne voudra pas se comporter comme une femme qui s’abandonne, ou avoir l’air d’une femme aux yeux de sa partenaire. Il ne s’abandonnera qu’aux plaisirs permettant aux hommes de se montrer sensuels sans se sentir jugés : l’amour du vin, celui de la bonne chère ( chair ? )

 

Le désir d’amour du fils en mal de père absent, indifférent ou humilié, ou nié par la mère, peut se manifester dans :
– Les tentatives de suicide
– Les fugues
– Les troubles psychosomatiques
– les paroles culpabilisantes, les manipulations perverses.

Plus les manques se feront sentir à cause de l’absence du père et plus ces manques seront compensés par une idéalisation inconsciente. Par ex : le fils idéalisera le père, ou le recherchera dans un autre homme en lui donnant la figure d’un père idéal. Il sera hésitant dans ses désirs, ses décisions, il aura une mauvaise évaluation de ses semblables et se retrouvera souvent trahi par ceux qu’il croyait être de bons pères de remplacement.

 

A l’adolescence il pourra présenter une confusion par rapport à l’identification sexuelle avec une féminisation du comportement.
– Estime de soi défaillante
– Agressivité refoulée d’où difficulté d’affirmation, d’ambition, et de curiosité exploratoire
– Blocages en ce qui concerne la sexualité
– Problèmes d’apprentissage
– Difficultés à assumer des valeurs morales, à prendre des responsabilités, à intégrer le sens du devoir et les obligations envers autrui
– Difficulté à assumer ou accepter l’autorité


L’absence ou le silence du père ne favorise pas le contact et la maitrise de l’agressivité naturelle du garçon, mais l’incite plutôt à mépriser ce qui est masculin en lui. Et ce sont justement ces valeurs masculines, dont il est en quelque sorte privé, " castré " par la mère, qui finissent par l’entrainer vers une misère intérieure.


Seul avec sa mère, loin de la parole et de la loi symbolique du père, le manque de structure interne peut entrainer le fils dans une certaine mollesse, une absence de rigueur et des complications dans l’organisation de sa vie.

 

Certains adolescents peuvent développer des troubles psychologiques, de la délinquance, de l’alcoolisme, le tout baignant dans une révolte sans fin contre la société jugée patriarcale.


Les fils sans pères restent sans corps du masculin.

Les hommes aussi peuvent allaiter 

La présence du père permet au fils l’accès à l’agressivité naturelle et primitive de son sexe, sinon il subit les interdictions de la mère qui tolère mal les manifestations naturelles de la sauvagerie instinctive. Elle veut que son fils reste poli, réservé, et lui interdit les apanages de la masculinité, par voie de conséquence si le fils ne se réfugie pas dans la pathologie, il pourrait alors devenir hostile à sa mère, puis à la femme.


C’est la répression de l’énergie qui pousse à la violence. Et cette violence est là pour cacher l’impuissance, le désespoir qui s’empare du fils, du garçon, de l’homme tout entier, et le soumet à sa force irrationnelle et instinctive. Le Moi n’a pu contenir ces forces intérieures et l’homme passe à l’action pour se libérer de cette insoutenable tension.

Un petit garçon, un adolescent ou un homme, ne se sent pas véritablement du côté du masculin tant qu’il n’a pas touché à son énergie brute, au plaisir de se battre et celui de se défendre. Cette expérience lui donne une sécurité interne et cette ressource fondamentale fondée sur le fait qu’une agressivité bien canalisée peut l’aider à se sortir de toutes les situations.

Tant qu’un homme ne sait pas qu’il peut utiliser autre chose que la douceur ou la violence aveugle pour se défendre, il ne sait pas être pleinement en relation avec lui-même. Et par voie de conséquence il ne sait pas qu’il peut être pleinement lui-même avec la femme.»

 

 

source : jafland.info

Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés